L'année 2018 sera l'année "Zéro Waste" !" proclamaient fièrement les Ministres compétents. Derrière les belles intentions et les beaux discours, cette année nous donne surtout l'occasion de mesurer le gouffre qui nous sépare d'un tel objectif : une ville encore trop sale et un taux de tri d'à peine 32 % de nos déchets ménagers alors que nous devrions atteindre les 50 % pour 2020.... ourtant des solutions créatives existent et les élections communales sont une occasion de rappeler à quel point le soutien des autorités locales est déterminant dans leur mise en oeuvre

"Aujourd'hui, il faut oser et faire basculer la politique de gestion des déchets vers une logique "Zero Waste". Mais sans une modification profonde de la culture et du fonctionnement de l'acteur principal de la propreté publique, à savoir Bruxelles-Propreté, l'innovation se limitera à des niches expérimentales et le gros de nos déchets ménagers continuera son parcours linéaire production-collecte-incinération, creusant toujours un peu plus notre dette environnementale, contribuant toujours un peu plus à l'épuisement des ressources"

Retour à l'accueil