Au problème de la présence de produits chimiques ménagers dans les sacs poubelles, s'ajoutent d'autres menaces récurrentes pour la sécurité et les bonnes conditions de travail des agents de Bruxelles-Propreté. Nous pouvons citer le danger que représentent les morceaux de verres ou les seringues dans les sacs, les sacs trop lourds, les éclaboussures et la projection de déchets sur les agents lors de la fermeture de la benne.

 

A ces tracas du quotidien est venu s'ajouter depuis le 1er janvier 2017 une réforme des collectes mal calibrée. Une étude "Arista" a été réalisée afin d'évaluer l'impact sur la santé et le bien-être des travailleurs de l'Agence de cette réforme. Si l'étude complète nous sera transmise prochainement, nous avons déjà appris l'essentiel ce matin en Commission de l'Environnement : la réforme a des effets désastreux sur les conditions de travail : augmentation de la durée des tournées, des kilomètres parcourus, des temps-morts, des temps de collecte plus court, ... Un bilan plus que négatif qui recommande urgemment de rééquilibrer les tournées, les plans de collectes et les équipes. 

 

La Secrétaire d'Etat nous annonce avoir demandé à la Direction de Bruxelles-Propreté d'intégrer ces remarques et de revoir sa copie. Nous voulons la croire... mais sans agenda précis à ce jour, les travailleurs risquent de payer encore longtemps le défaut de prévoyance de ses dirigeants.

Dégradation des conditions de travail à Bruxelles-Propreté : trop peu de réponses concrètes à ce stade
Retour à l'accueil